menu

archiREEF veut sauver nos récifs coralliens grâce à l’impression 3D

Publié le 22 avril 2022 par Mélanie W.
archireef

L’un des plus grands problèmes écologiques auxquels notre planète est confrontée est la dévastation des récifs coralliens dans le monde entier. Ces écosystèmes sont essentiels à la biodiversité de nos océans, mais ils sont détruits à un rythme alarmant. Près de la moitié des récifs coralliens de la planète ont été détruits et les signes montrent que cela n’est pas prêt de s’arrêter. En effet, si le réchauffement climatique se poursuit, les scientifiques estiment que les récifs coralliens pourraient entièrement disparaître dans le monde entier. Cependant, il y a de l’espoir. Des projets ont vu le jour pour tenter de les restaurer, notamment archiREEF, un projet de Hong Kong qui cherche à utiliser des carreaux de terre cuite imprimés en 3D pour restaurer la vie marine et les coraux à Hong Kong. Nous avons rencontré Vriko Yu pour en savoir plus sur le projet, son fonctionnement et la manière dont chacun peut contribuer à la restauration globale de l’écosystème.

3DN : Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre lien avec l’impression 3D ?

Je m’appelle Virko Yu, je suis la cofondatrice et CEO d’archiREEF. Nous avons commencé à travailler sur les tuiles récifales imprimées en 3D pour la restauration des écosystèmes, en particulier pour la restauration des coraux, il y a deux ans. Cependant, je travaille personnellement à la restauration des coraux depuis huit ans. Nous effectuons cette restauration à Hong Kong, qui n’est pas le meilleur endroit pour la croissance des coraux. Pendant des décennies, nos coraux ont souffert de menaces anthropiques et de facteurs de stress naturels et ils continuent de se dégrader. Je me suis efforcée de découvrir ce qui les a tués dans le passé et ce que nous pouvons faire maintenant. En effet, cela fait maintenant quatre ans que j’essaie de restaurer les communautés coralliennes de Hong Kong et nous n’avons eu que très peu de succès. Nous étions dans un état si désespéré que nous avons dû sortir des sentiers battus, car il n’y avait rien sur le marché qui répondait à notre objectif. Nous avons donc décidé de créer notre propre solution et c’est alors que nous nous sommes tournés vers l’impression 3D.

Vriko Yu, confondatrice et CEO archiREEF (crédits photo : Kin Ho)

3DN : Parlez-nous un peu d’archiREEF et de votre projet, pourquoi est-il important ?

Comme je l’ai mentionné, je suis scientifique de formation et la restauration des coraux est un sujet assez nouveau dans le domaine scientifique, il n’a que 20 ans. Et la plupart du temps, cette restauration est principalement le travail des scientifiques ou des gestionnaires de récifs. Il s’agit donc d’un domaine assez isolé où seules les parties prenantes « pertinentes » étaient impliquées. Mais lorsque les médias ont commencé à s’y intéresser, nous avons reçu de nombreux messages du monde entier demandant s’ils pouvaient aider et s’ils pouvaient le faire dans leurs propres récifs. Et j’ai réalisé que si nous parlons de restauration des coraux, ce n’est pas seulement pour les scientifiques, c’est pour tout le monde. Mais ce n’est pas accessible au grand public et c’est là qu’intervient ArchiREEF. Nous voulons que ce soit aussi facile que de planter des arbres, que ce soit accessible et facile pour tout le monde.

Et pourquoi c’est important ? Les récifs sont partout et, à l’échelle mondiale, nous avons constaté que de nombreux pays s’intéressent à ce type de projets, en particulier ceux qui dépendent fortement des récifs coralliens, comme les zones de pêche et les barrières naturelles. Cependant, les exemples les plus marquants dont nous avons entendu parler sont la Grande Barrière de Corail et la Floride. Ces deux endroits sont ceux qui ont le plus investi dans la science et la technologie des coraux. Cela n’a pas toujours été un succès.

Les structures imprimées en 3D (crédits photo : archiREEF)

Certains ont commencé à penser à utiliser des parpaings ou des barres afin d’avoir une structure stable pour la repousse. Mais ces deux matériaux présentent des problèmes majeurs. Le ciment par exemple a une forte alcalinité, ce qui signifie que peu de coraux pourront le tolérer et s’installer sur la structure. Et le métal sauvage rouille dans l’eau et laisse échapper des produits chimiques toxiques. Si vous regardez les structures de récifs artificiels, vous voyez des formes complexes qui remplacent la fonction des récifs en fournissant des habitats et des structures. Mais nous pensons que ce n’est pas bien, le corail est toujours vivant et peut se rétablir. Les tuiles sont donc conçues non pas pour remplacer les récifs mais pour servir de fondation au corail, formant ainsi une base pour le retour des espèces.

3DN : Pourquoi avez-vous choisi l’impression 3D pour le projet archiREEF ?

Il y a plusieurs raisons, la première étant l’adaptabilité. Nous voulions créer quelque chose qui puisse s’adapter à n’importe quelle espèce de corail, partout dans le monde. La conception que nous avons actuellement est basée sur un algorithme et la modification des paramètres peut changer légèrement la conception. L’objectif ultime étant de restaurer les coraux n’importe où, il est crucial d’avoir cette flexibilité dans la conception et pour y parvenir, l’impression 3D est la meilleure solution. Non seulement parce qu’il est facile de créer un nouveau projet avec les paramètres, mais aussi parce que c’est beaucoup plus rapide et plus économique. Ce sont les deux principales raisons.

L’équipe d’archiREEF constate déjà des progrès dans la croissance des coraux sur les tuiles (crédits photo : archiREEF)

Une autre raison pourrait être la complexité accrue possible avec l’impression 3D par rapport au moulage traditionnel. Si vous regardez nos conceptions, l’impression 3D a permis une plus grande résolution en ce qui concerne les petites structures. À Hong Kong en particulier, il y a une grande diversité marine, mais ce sont des micro-organismes qui ont besoin de structures petites et complexes comme abris. Avec l’impression 3D, ils pourraient créer les structures avec beaucoup plus de détails, ce qui est mieux pour la biodiversité.

3DN : Quels sont les défis de l’impression quand on utilise de la terre cuite ?

L’utilisation de la terre cuite est un véritable défi. Tout d’abord, parce qu’il s’agit d’un matériau naturel qui peut être obtenu n’importe où et que la classification peut différer, car elle peut être affectée par la géologie de différents endroits. Vous devez avoir l’expérience nécessaire pour jouer avec le mélange d’argile et comprendre son comportement afin de mieux le contrôler et de créer un mélange qui peut être bien extrudé pendant le processus d’impression 3D. Vous avez besoin de la bonne argile, de la bonne humidité, elle doit être bien entretenue, il est nécessaire d’enlever les bulles avant de la mettre dans l’extrudeur. C’est un processus compliqué. Ce sont des défis majeurs, mais la meilleure raison d’utiliser la terre cuite est que ce sont des matériaux naturels et que la vie marine les aime.

archireef

Crédits photo : archiREEF

3DN : Quels progrès avez-vous constaté depuis que vous avez lancé archiREEF ?

L’idée du projet est née il y a deux ans. Ensuite, le projet de conception et la production ont pris presque un an pour avoir une production à taille réelle et pour confirmer le design final. Nous étions une équipe de biologistes marins, d’architectes et de designers, comme vous pouvez l’imaginer, nous parlons des langues très différentes. Nous discutions et imaginions un produit qui n’existait pas et c’était un énorme défi. Je décrivais quelque chose et cela devenait une chose complètement différente pour le designer, c’était donc un long processus. Il y a eu beaucoup de changements d’idées et c’était très amusant de travailler sur ce processus multidisciplinaire. Après cela, nous l’avons mis dans l’eau et dans le parc marin, soutenu par le gouvernement, et nous avons mesuré sa croissance et sa stabilité, surtout depuis qu’il y a beaucoup de typhons à Hong Kong. Il est intéressant de voir comment les structures sont capables de survivre malgré les défis. En dehors de cela, nous nous intéressons également à la partie écologique, c’est-à-dire non seulement à la croissance mais aussi à l’amélioration de la biodiversité. Et nous avons vu beaucoup de succès dans cet aspect. Même si la survie des coraux est très encourageante. Le taux de survie est de 98 % par rapport aux méthodes conventionnelles, ce qui signifie qu’il est quatre fois plus élevé que ce que l’on attend habituellement.

3DN : Quels sont vos espoirs pour archiREEF ?

Nous sommes dans une période si critique pour la restauration des récifs. L’ONU a déjà intégré la restauration écologique dans les objectifs 13 et 14 des ODD. Nous le faisons depuis des années maintenant et en 2021, l’ONU a pris une mesure plus progressive et plus agressive en appelant cette décennie à être la décennie de la restauration économique. Car ce n’est pas la dernière chance, mais cette période est critique. Si nous ne le faisons pas dans les neuf prochaines années, même si nous disposons des mêmes ressources, voire de dix fois plus, pour travailler à la restauration des écosystèmes, le résultat sera très différent. C’est le moment crucial pour régler le problème, arrêter le changement climatique et atténuer les dommages causés. ArchiREEF n’est pas nécessairement la seule solution, mais à une époque où la technologie est si puissante, de nombreuses personnes peuvent potentiellement faire une énorme différence. La technologie 3D nous a permis de travailler sur ce projet de manière plus efficace que par le passé, ce qui nous a donné une solution beaucoup plus efficace. Et en fin de compte, nous voulons inciter tout le monde à contribuer à la mission de restauration des écosystèmes.

archireef

Crédits photo : Phil Thompson

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Nous vivons une époque intéressante. Nous disposons de toutes les technologies accessibles et de toutes les compétences et nous devons simplement nous rassembler pour les utiliser d’une manière plus inclusive. Tout le monde peut contribuer, ne pensez pas que vous ne pouvez rien faire ou que ce n’est pas votre problème, c’est NOTRE PROBLÈME. Si vous êtes intéressé, vous pouvez en savoir plus sur le site web d’archiREEF ICI.

Que pensez-vous de la solution d’archiREEF ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

*Crédits photo de couverture : David Poon

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks