menu

Aerosint développe un procédé d’impression 3D multi-métaux

Publié le 9 mars 2020 par Mélanie R.
aerosint

Le fabricant belge Aerosint vient d’annoncer qu’il a réussi à imprimer en 3D une pièce complexe et des petits cubes avec deux métaux différents, à partir d’un procédé de fusion laser sur lit de poudre ! La pièce la plus complexe a été avec de l’acier inoxydable et du CuCrZr (c’est-à-dire du Cuivre au Chrome et au Zirconium). Les cubes quant à eux ont été imprimés en 3D à partir d’acier et d’un alliage de cuivre. C’est une première sur le marché de la fabrication additive qui pourrait permettre à de nombreuses industries de fabriquer des pièces plus performantes sur le plan mécanique, affichant des propriétés inédites. 

La fusion laser sur lit de poudre est un procédé répandu sur le marché de l’impression 3D métal, permettant de fusionner une poudre métallique point par point jusqu’à obtenir une pièce finale. Jusqu’ici, un seul métal – ou un alliage – était utilisé ce qui permettait déjà d’obtenir des prototypes, de l’outillage ou encore des pièces finies solides et durables. Chaque métal possède en effet un point de fusion différent, impliquant des températures plus ou moins élevées pour faire fondre la poudre : en combinant plusieurs métaux, la gestion de la température serait capitale. Cela permettrait alors de fabriquer des pièces possédant des propriétés uniques – on pourrait par exemple combiner la bio-compatibilité de l’acier avec la légèreté de l’aluminium. 

La pièce circulaire combine de l’acier et du CuCrZr (crédits photo : Aerosint)

Un procédé de fabrication additive multi-métaux

Aerosint aurait donc réussi à imprimer en 3D des pièces métalliques avec plusieurs matériaux sur une machine de fusion laser. Le fabricant belge explique qu’il a utilisé une machine sur-mesure développée par Aconity3D dotée du recoater conçu par Aerosint – c’est le rouleau qui permet d’égaliser la couche de poudre. L’entreprise a réalisé plusieurs tests : elle a d’abord imprimé des petits cubes avec de l’acier et du cuivre. Puis, Aerosint a conçu une pièce circulaire de 60 mm de haut et 55 mm de diamètre : elle serait composée de 174 couches d’acier 316L et de CuCrZr,  de 40 microns chacune. Le processus d’impression aurait duré 5h40. 

Aerosint explique : “Nous sommes très fiers de cette réalisation. Aucune autre technologie n’est aujourd’hui capable de produire de telles pièces bimétalliques. La fusion laser sur lit de poudre multi-métallique crée une gamme de nouveaux cas d’utilisation et d’applications que nous sommes impatients d’explorer avec nos partenaires à l’avenir.”

Les cubes multi-métaux (crédits photo : Aerosint)

À l’avenir, le fabricant souhaite tester d’autres combinaisons de métaux, notamment l’acier inoxydable 316L et l’Inconel 625 ou 718. Il prévoit aussi d’essayer un alliage de titane avec du nitinol, et bien d’autres encore. Il chercherait actuellement à s’associer à d’autres fabricants pour imprimer des pièces d’essai et ainsi montrer tout le potentiel de la fabrication additive multi-métaux. Vous pouvez retrouver davantage d’informations ICI.

Que pensez-vous de ce procédé d’impression 3D multi-métaux ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK