menu

3D Print Paris : retour sur la première édition du salon de l’impression 3D parisien

Publié le 25 octobre 2021 par Mélanie W.
3D Print Paris 2021

Le 3D Print Paris 2021 a fermé ses portes jeudi dernier au Palais des Congrès. La première édition parisienne était l’occasion de se retrouver après des mois sans salons physiques et de découvrir les nouvelles innovations du marché. Ces deux jours ont rencontré un franc succès avec 150 exposants et quelques milliers de visiteurs qui ont arpenté les allées de l’événement. Au programme : conférences, workshops, remise de trophées et record du monde. Cette première édition nous a confortés dans l’idée qu’il nous fallait bel et bien un salon dans la capitale ! 

Si vous suivez le marché de la fabrication additive depuis quelques années maintenant, vous n’êtes pas sans savoir que le rendez-vous des acteurs de l’impression 3D en France a lieu tous les ans à Lyon. Après 7 éditions attirant toujours plus de visiteurs et d’exposants, le salon s’est exporté pour la première fois à Paris et nous avons pu y voir quelques nouveautés intéressantes. Entre machines, applications et matériaux innovants, l’évènement a montré que le marché français avait de beaux jours devant lui !

La première édition du 3D Print Paris a fermé ses portes jeudi dernier (crédits photo : 3Dnatives)

Des machines françaises au 3D Print Paris 2021

C’était la première fois que la machine Nova de Cosmyx était présentée au public. C’est une imprimante 3D française professionnelle multi-matériaux,pensée pour la fabrication distribuée et intégrant un concentré d’innovations. Elle est née à la suite de la première vague de la Covid-19, pendant laquelle la décentralisation de la production a été une difficulté supplémentaire à gérer. La Nova a été conçue autour de la répétabilité afin de créer le nouveau standard de la fabrication distribuée. C’est l’imprimante 3D qu’il manquait pour concrétiser ce nouveau mode de production.

Grâce à la possibilité de mise en réseau des machines, leur inter-connectivité pour créer un véritable parc de production, lancement et suivi des impressions via un ordinateur ou un smartphone, la Nova est un véritable atout dans la fabrication additive. Son OS propriétaire, sa puissance embarquée, son nivellement automatique du plateau, son volume d’impression optimisé, son large écran de contrôle, son interface intuitive et sa technologie “Touch and Print” la rendent efficace pour tout type de production et tout type de secteur d’application. Pierre Seddiki, Directeur Marketing et Communication, nous a confié sur le salon : “Choisir la Cosmyx Nova c’est entrer dans la production 4.0.

3D Print paris 2021

La Nova de Cosmyx (crédits photo : 3Dnatives)

Si on continue sur les nouvelles machines françaises présentées au 3D Print Paris, on ne pouvait pas passer à côté de l’imprimante 3D grand format de Volumic, la SH65. Dotée d’un volume d’impression de 65x30x30 cm et d’une tête haute température pouvant monter jusqu’à 420 °C, elle est aujourd’hui compatible avec plus de 60 matériaux. On a également aperçu la machine Strateo Idex 420 du fabricant toulousain eMotion-Tech – à noter qu’elle avait déjà été exposée au Global Industrie à Lyon en septembre dernier. 

Enfin, même si ce n’est pas une solution Made In France, on a aperçu pour la première fois la machine FDM F770 du fabricant Stratasys qui offre un large volume d’impression (372 litres) et intègre une chambre chauffée.

L’imprimante 3D SH65 de Volumic (crédits photo : 3Dnatives)

Matériaux, record du monde et trophée

Du côté des matériaux cette fois-ci, 3Dnatives a pu découvrir la nouvelle gamme de filaments de Capifil baptisée Homecompost-3D. Ces thermoplastiques sont entièrement biodégradables dans un composteur domestique. Conçu principalement à partir de matières biosourcées, c’est un matériau adapté au contact alimentaire qui présente une bonne rigidité et une résistance aux chocs. Il a été pensé pour réduire notre empreinte carbone et proposer une alternative de fabrication encore plus durable.

Le 3D Print Paris a également été le théâtre d’un record du monde plutôt original : il s’agit du record du nombre de wagons imprimés en 3D pour un train miniature. C’est l’association française North Makers qui a réussi à le battre jeudi dernier en faisant rouler sur 10 mètres 60 wagons imprimés en 3D (le record précédent était détenu par des suisses). Ils ont été conçus sur des machines FDM et des imprimantes 3D HP.

Pollen AM a également présenté les caractéristiques de sa machine compatible avec des granulés plastiques (crédits photo : 3Dnatives)

Enfin, si on continue sur les innovations du salon, on ne peut pas passer à côté du Startup 3D Contest qui a récompensé la startup au projet le plus innovant. Et c’est la startup française La Pâtisserie Numérique qui a remporté cette édition 2021 ! Fondée par Marine Coré-Baillais, la jeune pousse a pour objectif de révolutionner le monde de la pâtisserie grâce aux technologies 3D. Nous avons d’ailleurs eu la chance de goûter à l’une de ses douceurs : nos papilles ont apprécié !

On se donne rendez-vous les 5, 6 et 7 avril 2022 à Lyon pour une nouvelle édition du 3D Print ! En espérant que le salon soit l’occasion de découvrir de nombreuses nouveautés françaises et européennes ! Etiez-vous au 3D Print Paris 2021 ? N’hésitez pas à partager votre avis sur le salon dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you