Accueil > Matériaux > Micron3DP se spécialise dans l’impression 3D de verre
impression 3D de verre

Micron3DP se spécialise dans l’impression 3D de verre

La société israélienne Micron3DP a été la première à créer l’année dernière une technologie d’impression 3D de verre. Elle a récemment annoncé le lancement d’une nouvelle imprimante 3D à partir de cette technologie.

Le verre a plus de 5000 ans d’histoire et malgré les différents styles qui existent aujourd’hui, le procédé pour le créer reste toujours le même : du sable, des fondants (soude, chaux) et de l’eau sont mélangés à des températures très élevées, jusqu’à 1500° C. Il est ensuite soufflé, pour des vases par exemple, flotté notamment pour les fenêtres, et refroidi pour devenir transparent.

Modèles en verre imprimés en 3D

Modèles en verre imprimés en 3D

Le verre a toujours été un matériau aux multiples avantages comme une forte solidité chimique, une stérilisation facile et une résistance aux températures élevées. C’est aussi un matériau biocompatible et idéal pour la transmission de lumière. Par conséquent, il est assez convoité notamment dans le secteur médical, aérospatial, architectural, artistique, etc.

Des entreprises spécialisées dans la fabrication additive comme Micron3DP et ses concurrents à MIT se sont intéressés à ce matériau dans l’impression 3D. Ils ont donc développé une méthode permettant d’imprimer des pièces en 3D à partir de verre. Ils ont superposé des couches de verre via un procédé similaire au dépôt de matière fondue.

Cette technique nécessite de maintenir une température suffisament élevée pour permettre la fonte du verre et donc la formation des couches. Celles-ci sont assez épaisses (400 microns) et permettent de créer des vases et sculptures transparentes assez précises après refroidissement de la matière.

Les récents développements de Micron3DP permet d’imprimer des couches beaucoup plus fines, d’une épaisseur de 100 microns, créant ainsi une structure transparente plus dense.  Le volume maximum d’impression de 200x200x200 mm, ce qui est 5 mm plus grand qu’un verre à pinte classique !

glass1

Décoration en verre imprimée en 3D avec une épaisseur de couche de 100 microns

Le procédé utilise du verre à la chaux sodée classique, souvent utilisé dans les produits domestiques communs, et un verre borosilicaté plus résistant. La principale performance reste que l’imprimante 3D soit en mesure de gérer la température pour que le verre fondu ne refroidisse pas trop vite.

Manipuler ainsi le verre est très prometteur. Réaliser une pièce si finement contrôlée impliquerait que le processus pourrait être utilisé pour fabriquer de l’équipement de laboratoire par exemple. L’Art pourrait également dépasser de nouvelles limites en expérimentant des structures géométriques plus complexes.

Chandelier de verre au Victoria & Albert museum

Chandelier de verre au Victoria & Albert museum

La vidéo suivante montre le processus de fabrication en mouvement:

Découvrez l’entreprise Micron3DP en détail et tous ses produits.

Comment l’impression 3D en verre peut-elle être bénéfique pour certains secteurs notamment la médecine et l’Art ? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos melanie

Diplômée de l'Université Paris Dauphine, je suis passionnée par l'écriture et la communication. J'aime découvrir toutes les nouveautés technologiques de notre société digitale et aime les partager. Je considère l'impression 3D comme une avancée technologique majeure touchant la majorité des secteurs. C'est d'ailleurs ce qui fait toute sa richesse.