Accueil > News > Journée Mondiale de la Terre : l’impression 3D au service des 4 éléments
journée mondiale de la terre

Journée Mondiale de la Terre : l’impression 3D au service des 4 éléments

Toutes les ressources de la Terre sont précieuses. L’impression 3D l’a bien compris et cherche sans cesse de nouvelles façons de préserver la nature. Elle repousse toujours plus loin les limites pour trouver des idées innovantes et écologiques afin d’améliorer le monde de demain. A l’occasion de la Journée Mondiale de la Terre qui aura lieu demain, 3Dnatives a voulu rendre hommage à notre planète à travers les 4 éléments : la terre, l’eau, le vent et le feu. Dans certains cas, ces éléments permettent de créer des objets imprimés en 3D plus écologiques ; dans d’autres, ils sont mis à l’honneur et protégés par cette technologie.

Protéger le sol de la terre grâce à des maisons plus écologiques

Protéger la terre est important et tandis que beaucoup en abusent, les entreprises du secteur de l’impression 3D ont trouvé de nouvelles façons de l’intégrer dans leurs designs et produits. On pense par exemple à la maison autonome de PassivDom qui se veut écologique.

journée mondiale de la terre

Le projet le plus remarquable est sûrement celui de l’entreprise WASP qui a créé une imprimante 3D qui utilise des matériaux sourcés localement pour construire des maisons, voire un village entier. A partir de boue, de fibres naturelles et de ciment, la BigDelta peut imprimer en 3D toute une maison et ainsi réduire les problèmes de logement et de pauvreté.

Les maisons imprimées en 3D sont spacieuses, solides et rapides à construire. En combinant la technologie et l’environnement, WASP offre une meilleure qualité de vie aux quatre coins de la planète !

Préserver les fonds marins grâce à la fabrication additive

Les récifs coralliens sont parmi les écosystèmes les plus fragiles de la planète et essentiels à la vie marine puisqu’ils sont l’habitat naturel des animaux marins. Ils sont également très sensibles au changement climatique et sont progressivement en train de mourir à un rythme très rapide. Afin de pallier à ce problème, certaines entreprises se sont lancées dans l’impression 3D de structures imitant le récif corallien.

C’est le cas de l’italien Enrico Dini qui, grâce à l’imprimante D-Shape, crée des structures d’un mètre cube en une journée entière. Le récif est modélisé au préalable par un biologiste marin  (la géométrie est en effet très complexe). A partir de sable qui est déposé par couche de 5 mm et d’un liant à base d’eau de mer, il obtient une roche qui ressemble de très près à un récif corallien.

journée mondiale de la terre

En 2012, Enrico a pu déposer ces différentes structures dans les régions côtières du Moyen-Orient mais aussi en Australie. Trois ans après, les résultats sont très encourageants : les structures imprimées en 3D ont été recouvertes par toutes les espèces vivants dans les fonds marins !

Une initiative similaire a été réalisée sur l’île de Bonaire, au large du Venezuela, où Fabien Cousteau a démarré fabrication de récifs coralliens imprimés en 3D pour préserver les fonds marins des Caraïbes.

Une meilleure énergie éolienne grâce à l’impression 3D

L’énergie éolienne constitue un des plus grands terrains de recherche en ce qui concerne l’énergie renouvelable : elle a donc trouvé un allié dans l’impression 3D. Les technologies 3D ont aidé au développement d’éoliennes à bas coût et exploitant mieux l’énergie.

De nombreux chercheurs travaillent à l’obtention d’une meilleure énergie comme le projet de l’Université Texas Tech qui a développé des éoliennes conçues pour tirer davantage parti de l’énergie et éviter les interférences entre éoliennes. Pour ce faire, les chercheurs ont utilisé l’impression 3D qui leur permet de mettre en pratique toutes les mesures et études réalisées et d’obtenir des éoliennes plus efficaces pouvant générer plus d’énergie.

journée mondiale de la terre

En plus de ce projet qui aide à créer de l’énergie renouvelable, il existe un projet français qui s’intéresse aux émissions toxiques provoquées par l’impression 3D. Zimple offre un système de filtrage pour toutes les imprimantes 3D, permettant ainsi de fabriquer différents objets en toute tranquillité.

Les rayons du soleil comme source d’énergie

Le feu a un pouvoir de destruction assez incroyable et pourtant nous ne pourrions pas vivre sans celui du soleil. C’est notamment grâce à lui que notre planète est habitable. Son rayonnement est si intense que la demande en énergie mondiale pourrait être couverte par cette étoile en un seul jour.

Malheureusement, nous ne pouvons pas exploité tout le potentiel du soleil. Mais certains ont développé des projets grâce à cette énergie solaire. C’est le cas de Markus Kayser qui a créé la Solar Sinter, une imprimante 3D capable de fonctionner sans alimentation électrique.

journée mondiale de la terre

La technologie utilisée par la Solar Sinter est basée sur le frittage sélectif laser (SLS) : au lieu d’utiliser un laser, l’imprimante se sert des rayonnements du soleil comme source de chaleur. Les rayons sont orientés sur des miroirs afin de créer l’énergie nécessaire pour faire fondre le sable qui sert de matériau d’impression.

Cette technologie n’est pas seulement écologique mais permet aussi de produire de petits objets pratiques pour les habitants de petits villages qui n’ont pas forcément accès aux ressources matérielles nécessaires. La précision d’impression n’est bien évidemment pas comparable aux méthodes traditionnelles mais au moins, l’impression est moins chère et plus écolo !

Quel est l’impact de l’impression 3D sur notre planète? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos melanie

Diplômée de l'Université Paris Dauphine, je suis passionnée par l'écriture et la communication. J'aime découvrir toutes les nouveautés technologiques de notre société digitale et aime les partager. Je considère l'impression 3D comme une avancée technologique majeure touchant la majorité des secteurs. C'est d'ailleurs ce qui fait toute sa richesse.