Accueil > Business > Une imprimante 3D de vêtements d’ici la fin de l’année?

Une imprimante 3D de vêtements d’ici la fin de l’année?

On avait déjà eu le droit à quelques rapprochements entre l’univers de la Mode et de l’impression 3D. On se souvient entre autres d’une splendide robe en nylon portée par Dita Von Teese, d’un bikini (toujours en nylon) de la société Continuum Fashion, d’une collaboration entre Victoria Secret et Swarovski (voir la vidéo ICI) ou pour les plus chanceux des catwalks lors du dernier 3D Printshow à Londres et Paris. Toutes ces initiatives reposaient toutefois sur une utilisation du plastique comme matériau d’impression, pas vraiment agréable à porter vous nous direz…

C’était sans compter sur Electroloom, une startup lancée par l’entrepreneur Aaron Rowely, qui compte révolutionner le secteur en lançant rien de moins qu’une imprimante 3D capable de produire des vêtements. Même si le projet a été entrepris il y a seulement quelques mois, l’imprimante éponyme pourrait voir le jour d’ici la fin de l’année.

Les premiers échantillons tirés de l'Electroloom

Les premiers échantillons tirés de l’Electroloom

Electroloom permettrait de créer un tissu composite à base de matériau synthétique et organique. Les premières images disponibles sur la page Facebook montrent un matériau ressemblant étrangement à de la fibre de soie.

Aaron Rowley lors de la remise du prix Alternative Apparel

Aaron Rowley lors de la remise du prix Alternative Apparel

En décembre dernier, l’équipe d’Electroloom a reçu le prix « Alternative Apparel’s Sustainability in Design & Technology » (récompensant les projets combinant design, technologie et durabilité) pour son projet, remportant la somme (assez maigre) de 1000 dollars ainsi qu’un abonnement d’un an au TechShop de San Francisco pour développer à bien sa machine.

Aaron Rowely imagine un monde où les gens téléchargeront depuis le web et imprimeront à la maison leurs vêtements. Les plus créatifs les dessineront via un logiciel de modélisation alors que le grand public se rendra directement sur le site des marques ou sur une plateforme telle que Shapeways. « Nous pensons qu’il sera utile de proposer des modèles basiques, tels que des t-shirts ou des bonnets pour ceux dont la conception rebute… » expliquait Aaron lors de la remise du prix Alternative Apparel.

Restez informé, abonnez-vous à notre flux RSS ou pages Facebook et


À propos Alex

Consultant en impression 3D, j’ai co-fondé 3Dnatives en 2013 pour promouvoir cette révolution en marche. J’accompagne les entreprises sur les transformations liées à l’impression 3D et j’interviens lors de conférences dédiées au sujet (TEDx, 3D Printshow, 3D Print Lyon, Essec, HEC). Diplômé de l'Université Paris Dauphine et du King's College London en Mathématiques Appliquées vous pouvez me suivre sur twitter @martelalexandre