Le premier site d'information sur l'impression 3D

Home > News > Un premier vol pour un avion de chasse équipé de pièces imprimées en 3D
Le recours à l'impression 3D dans l'aérospatiale et la défense pourrait faire économiser des milliers de pounds chaque année
Le recours à l'impression 3D dans l'aérospatiale et la défense pourrait faire économiser des milliers de pounds chaque année

Un premier vol pour un avion de chasse équipé de pièces imprimées en 3D

Pour la première fois, un avion de combat équipé de composants imprimés en 3D a réalisé avec succès un vol d’essai. C’est le groupe britannique BAE Systems, travaillant dans les secteurs de la défense et de l’aérospatiale, qui est à l’origine du projet.

Le recours à l'impression 3D dans l'aérospatiale et la défense pour faire économiser des milliers de pounds chaque année

Le recours à l’impression 3D dans l’aérospatiale et la défense pourrait faire économiser des milliers de pounds chaque année

L’avion concerné est un avion de chasse Tornado GR4 de l’armée de l’air britannique. Les composants imprimés en 3D à partir de métal incluaient des protections pour la radio du poste de pilotage et pour le train d’atterrissage ainsi que des supports pour la porte de soupape d’admission d’air. « Vous n’êtes désormais plus fixés à un seul endroit pour produire des objets », explique Mike Murray, Head of Airframe Integration chez BAE Systems.

« Vous pouvez fabriquer des produits ou vous le souhaitez, tant que vous pouvez apporter la machine sur place, ce qui veut dire que vous pourriez même équiper des bateaux ou des porte-avions. » voir même sur une ligne de front dans le cas de conflits lointains.

L’année dernière, BAE Systems s’était déjà illustré en produisant la plus grande pièce de métal jamais imprimée en 3D. Il s’agissait d’un morceau d’aile d’avion de 1,2 mètres en titanium, imprimée en 37 heures à partir d’une technologie additive dénommée WAAM (pour Wire and Arc Additive Manufacture).

BAE Systems travaille sur une base de la Royal Air Force à Marham, en Angleterre, où elle produit des pièces, prêtes à l’emploi, pour 4 escadrons d’avions de combat Tornado GR4. BAE explique que ce type de pièces coûte moins de £100 (environ 120 euros) à produire et que cette nouvelle technologie pourrait réduire de plusieurs centaines de milliers de pounds sa facture annuelle.

La pièce de métal imprimée en 3D par BAE Systems mesurait 1,2 mètres

La pièce de métal imprimée en 3D par BAE Systems mesurait 1,2 mètres

Restez informé, abonnez-vous à notre flux RSS ou pages Facebook et

About Alex

Diplômé de l'Université Paris Dauphine et du King's College London en Mathématiques Appliquées. Je me suis spécialisé en stratégie digitale au cours de mes expériences chez iRaiser et Made In Design. Passionné des technologies d'impression 3D, j'ai co-fondé 3Dnatives pour promouvoir cette révolution en marche. N'hésitez pas à me suivre sur twitter @martelalexandre