Accueil > Business > Le cycle des tendances de Gartner 2017 sur l’impression 3D
Gartner 2017

Le cycle des tendances de Gartner 2017 sur l’impression 3D

L’impression 3D est depuis plusieurs années déjà une des nouvelles technologies qui suscite le plus d’engouement. L’accessibilité et la popularité de la fabrication additive croit au jour le jour. Savons-nous cependant le degré d’attente des utilisateurs vis à vis de cette technologie ? L’Institut Gartner publie depuis 2005 un graphique annuel des attentes et des tendances des principales technologies émergentes et dévoilait il y a quelques jours sa dernière étude dédiée aux différents sous-domaines de l’impression 3D.

Le Cycle des tendances de Gartner 2017 sur l’impression 3D (via Disruptive)

Avant de s’attaquer à l’étude de cette courbe des tendances de Gartner, il faut comprendre comment celle-ci est construite et à quelles questions elle répond. Le graphique peut se diviser en 2 grands axes.

  • La phase de croissance visible à gauche représente les fortes attentes liées à cette technologie (« hype » en anglais) car leur découverte récente offre des applications potentielles novatrices et prometteuses. Cette phase de « buzz » est cependant suivie d’une étape de sur-enthousiasme, principalement portée par les médias.
  • La deuxième phase commence par une forte baisse des attentes liées à la technologie (pic de désillusion sur la courbe) qui se traduit par une prise de conscience liée aux difficultés de mise sur le marché de la technologie. Celle-ci précède toutefois une seconde phase de croissance, qui transcrit elle un nombre d’applications grandissantes de la technologie, et des investissements en hausse. La technologie atteint finalement un seuil : le plateau de productivité. La technologie est finalement mature et est utilisée par de nombreux acteurs.

Les différentes étapes du cycle des tendances de Gartner

Dans le cadre de la dernière étude dévoilée par Gartner sur l’impression 3D, on observe que les applications qui suscitent actuellement un fort enthousiasme sont la transplantation d’organes imprimés en 3D, l’impression 3D de biens personnalisés, la macro-impression 3D (ou impression 3D XXL), ou encore l’impression 3D dans le secteur Oil & Gaz. Ces projets sont pour l’instant soutenus par une niche d’entrepreneurs mais sont médiatisées et suscitent des investissements car elles s’attaquent à des projets prometteurs.

Le plus haut de la courbe contient aujourd’hui des applications comme l’impression 3D dans les salles de classe, la vente de produits imprimés en 3D, les implants chirurgicaux imprimés en 3D ou encore l’impression 3D pour la supply chain. On y retrouve ainsi des domaines à l’apogée de l’engouement qu’ils suscitent. Ceux-ci ont souvent déjà récolté des financements et sont menés par plusieurs acteurs mais les attentes et les enjeux sont si forts que la déception de la part des investisseurs ou des consommateurs commence à se faire sentir.

Les implants bio-imprimés voient déjà le jour et suscitent un fort intérêt

La pente négative de la courbe regroupe des applications qui par leur première phase de commercialisation ont vu le jour de manière trop restreinte, n’ont pas été menés à bien et ont déçus, ou bien ont une avance considérable mais ne répondent pas encore aux attentes de la première heure. Parmi ces projets, on retrouve de nombreuses applications du domaine médical comme la bio-impression, l’impression 3D d’équipements médicaux ou encore l’impression 3D de tissus humains. On y retrouve d’autres applications comme l’impression 3D dans l’outillage et l’assemblage ou encore la fabrication additive dans l’aérospatial et la défense.

Dans la phase de plateau du cycle de Gartner, on repère les applications qui connaissent déjà leur 3ème, voire 4ème génération de produits. Ils sont souvent les applications qui ont eu le plus de temps pour mûrir et ceux qui arriveront à maturité le plus rapidement. On y retrouve par exemple les différentes technologies de fabrication additive, comme l’impression 3D par dépôt de matière fondue, l’impression 3D à jet de matière ou encore les technologies de numérisation 3D. La stéréolithographie ne figure, elle, pas encore dans cette phase de plateau car l’institut Gartner pense que sont développement peut encore croître fortement. D’autres applications comme les logiciels de modélisation par exemples, sont déjà cruciales sur le marché et le centre Gartner prévoit leur arrivée à maturité d’ici 2 à 5 ans. Le prototypage par impression 3D est lui aussi déjà fortement intégré dans les entreprises et devrait être indispensable d’ici à deux ans.

La stéréolithographie est selon Gartner la technologie la plus prometteuse

En comparant cette courbe avec celle publiée par Gartner en 2014, on remarque tout d’abord l’explosion des applications recensées qui traduisent le fort intérêt que suscite la fabrication additive. On voit ensuite que les estimations proposées il y a trois ans sont encore proches de celles annoncées aujourd’hui. L’impression 3D prend du temps pour rentrer dans l’entreprise ou chez le particulier mais connait déjà de vrais gains dans de nombreux secteurs.

Le cycle des tendances de Gartner publié en 2014

Que pensez vous de l’étude de l’institut Gartner sur le cycle des tendances de l’impression 3D ?  Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos Sven

Fidèle du site et passionné d’impression 3D, je partage avec vous les dernières innovations du secteur et les interviews d’experts sur 3Dnatives. Diplômé d’économie à l’Université de la Sorbonne Paris 1, j’y poursuis un master en Management de l’Innovation, des Technologies & Entreprenariat. N’hésitez pas à me contacter pour me présenter vos projets en lien avec la fabrication additive.