Le premier site d'information sur l'impression 3D

Accueil > Business > André-Luc Allanic élu ingénieur de l’année 2016

André-Luc Allanic élu ingénieur de l’année 2016

La cérémonie de remise des Trophées des Ingénieurs du futur 2016 s’est déroulée le 6 décembre au Pavillon Champs-Elysées à Paris. Lors de cet événement, 10 trophées ont été décernés dans le but de mettre en avant les élèves et jeunes ingénieurs les plus prometteurs mais aussi pour féliciter les mentors de l’industrie. Parmi ces récompenses, il y a le prix de l’Ingénieur de l’année, attribué à un ingénieur qui s’est focalisé sur l’innovation et la technologie dans sa carrière.

Le prix de l’Ingénieur 2016 a été remis à André-Luc Allanic, co-fondateur de la firme Prodways au sein de laquelle il dirige le service R&D. C’est un des spécialistes français mais aussi mondiaux de la fabrication additive. Au cours de ces 25 dernières années, ce pionnier a contribué activement à l’impression 3D en travaillant sur diverses technologies comme la stéréolithographie, le frittage de poudre métal ou polymère.

André-Luc Allanic, Respon R&D, et Raphaël Gorgé, Président de Prodways

André-Luc Allanic, Responsable R&D, et Raphaël Gorgé, Président de Prodways

André-Luc Allanic a notamment crée l’une des premières imprimantes 3D européennes pour le compte du CNRS. En 1993, il rejoint la société Laser 3D pour y imaginer des imprimantes 3D par stéréolitographie (SLA). En 1997, il crée sa propre société, Optoform, où il développe de nouveaux procédés. Il la vend en 2001 au géant 3D Systems où il devient le « Principal Scientist » chez le constructeur américain.

En 2007, André-Luc Allanic crée Phidias Technologies pour déployer sa nouvelle technologie brevetée, la MovingLight. En opposition à la stéréolithographie qui utilise un laser, la technologie MovingLight vient solidifier une résine couche par couche, en utilisant une source de lumière de forte puissance à base de LED UV et de puces micro-électroniques DLP.

Elle offre une haute qualité en termes de résolution et une vitesse de production accrue en comparaison au SLA. “En 2005, trois technologies, qui n’étaient absolument pas faites pour l’impression 3D, sont arrivées à maturité au même moment : les LED UV, mises au point par le prix Nobel de physique 2014 Shuji Nakamura, la version 10 du logiciel DirectX de Microsoft qui a changé complètement la manière de programmer, et les puces DLP UV”, raconte André-Luc Allanic. Il a donc saisi cette opportunité pour développer cette nouvelle technologie.

article_ingenieur-allanic

La ProMaker P4500, dernière machine sortie des ateliers Prodways

En 2013, il rencontre Raphaël Gorgé, le CEO du Groupe Gorgé, qui rachète Phidias Technologies en mai. C’est à ce moment-là que le groupe créera sa filiale dédiée à la fabrication additive, Prodways.

Aujourd’hui, ce dernier est devenu un acteur incontournable de l’impression 3D. L’entreprise Prodways continue de croître et s’est récemment engagée sur une technologie additionnelle en commercialisent des premières imprimantes 3D par frittage de poudre, la ProMaker P4500, en partenariat avec l’industriel chinois Farsoon.

Photos Prodways // Que pensez-vous de cette nomination ? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos melanie

Diplômée de l'Université Paris Dauphine, je suis passionnée par l'écriture et la communication. J'aime découvrir toutes les nouveautés technologiques de notre société digitale et aime les partager. Je considère l'impression 3D comme une avancée technologique majeure touchant la majorité des secteurs. C'est d'ailleurs ce qui fait toute sa richesse.