Accueil > Interview > AddUp et le programme SOFIA : comment dynamiser la fabrication additive métal ?

AddUp et le programme SOFIA : comment dynamiser la fabrication additive métal ?

En 2015, Fives et Michelin ont créé la joint-venture Five Michelin Additive Solutions : deux ans plus tard, elle change de dénomination et devient AddUp. Le but de cette co-entreprise est de développer et commercialiser mondialement les machines et ateliers de production industriels qui utilisent la technologie de fabrication additive métallique.

AddUp a déployé un an après un programme de recherche, SOFIA, qui a pour ambition de développer toute sa chaîne de production. Nous avons rencontré Vincent Ferreiro, VP Business Development, de chez AddUp pour en savoir plus sur le programme, son avancée et le futur de la fabrication additive métal en France.

3DN : Comment est né le programme SOFIA ?

programme SOFIA

Vincent Ferreiro

Le projet SOFIA a été initié par Michelin, qui a commencé à s’intéresser au sujet de la fabrication additive dans les années 2000, avant de s’associer en 2016 à Fives pour lancer la co-entreprise AddUp. Avec ce programme, l’objectif était de développer un procédé adapté aux exigences du secteur industriel, par le développement de machines plus productives, de matériaux plus adaptés et d’une chaîne digitale plus élaborée.

Aujourd’hui, SOFIA réunit des compétences et expériences d’acteurs industriels et académiques, dont les intérêts couvrent l’ensemble de la chaîne de valeur de la fabrication additive, des poudres au service après production. Cette association d’expertise permet, de façon unique, de favoriser le développement de nouvelles briques technologiques et de stimuler la création de valeur, afin d’optimiser l’ensemble du procédé de la fabrication des pièces, en incluant un travail sur l’amont donc sur les poudres.

3DN : Comment analysez-vous la place de la France sur le marché de la fabrication additive métal ?

Aujourd’hui, la France n’est pas la plus avancée dans le domaine de la fabrication additive métal, mais les initiatives d’AddUp et de BeAM démarrées récemment sont de nature à voir émerger deux sociétés prenant place parmi les leaders mondiaux à échéance 3 ans dans les deux technologies principales de l’impression 3D métal : SLM pour AddUp et LMD pour BeAM.

programme SOFIA

Une pièce métallique fabriquée par AddUp

Il faut également saluer la belle progression de Prodways, dans le domaine des imprimantes 3D industrielles pour les matériaux plastiques.

3DN : Sur quels sujets porteront les premiers travaux de recherche?

Le programme SOFIA est un programme de 6 ans. Il s’inscrit dans une perspective long-terme et dispose des compétences nécessaires pour mener des travaux scientifiques au cœur du procédé, notamment sur les questions des synergies matière-énergie.

La première grande étape correspond à des travaux sur la fusion des poudres par laser. Le second objectif concerne la recherche et le développement d’autres sources d’énergie.

programme SOFIA

3DN : À quel point l’État français soutient-il le programme ?

SOFIA dispose d’un budget supérieur à 50 M€, dont la moitié correspond à des aides publiques : plus de 20 M€ apportés par BPI France, principalement sous forme d’avance remboursable ; plus de 3 M€ apportés par la région Rhône-Alpes.

SOFIA s’inscrit par ailleurs dans la dynamique des projets Alliance Industrie du futur, qui visent à fédérer les acteurs autour d’un plan directeur national.

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Avec AddUp, la co-entreprise de Fives et Michelin en tête de file, les partenaires de SOFIA contribueront à dynamiser la filière française de fabrication additive.

Le programme SOFIA peut-il stimuler la fabrication additive métal en France? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos melanie

Diplômée de l'Université Paris Dauphine, je suis passionnée par l'écriture et la communication. J'aime découvrir toutes les nouveautés technologiques de notre société digitale et aime les partager. Je considère l'impression 3D comme une avancée technologique majeure touchant la majorité des secteurs. C'est d'ailleurs ce qui fait toute sa richesse.