Accueil > Business > 3DPrinterOS, un hub pour gérer ses imprimantes 3D depuis le cloud

3DPrinterOS, un hub pour gérer ses imprimantes 3D depuis le cloud

Sortie en fin d’année 2015, 3DPrinterOS se présente comme une box permettant de relier dans le cloud différentes imprimantes 3D et de les gérer à distance. Il s’agit d’un service destiné à des utilisateurs avertis qui souhaitent optimiser l’utilisation et la gestion de leurs impressions 3D.

3DPrinterOS se destine aux entreprises, aux Fablabs, aux écoles ou encore aux services d’impression qui souhaitent gérer simultanément plusieurs imprimantes 3D ou planifier des impressions à la chaine. Ce que propose 3DPrinterOs : un hub dans le cloud pour le management des équipements de fabrication additive.

article_3dprinteros27012016-3

La EasyBox pour gérer ses imprimantes 3D à distance

Présentation de l’environnement 3DPrinterOS

3DPrinterOS se présente sous la forme de deux produits :

  • Le produit physique, une « EasyBox » dans laquelle on retrouve :
    – Un boîtier basé sur une carte électronique Raspberry PI
    – Un boîtier Wifi
    – Une caméra
    – Une carte SD
    – Les câbles nécessaires aux différents branchements à effectuer
  • Le produit dématérialisé, la plateforme en elle-même, gérée par le biais d’une interface web. Grâce à une licence (gratuite, premium, ou éducation), cette plateforme permet de rassembler les différentes imprimantes 3D et utilisateurs potentiels.

article_3dprinteros27012016-4

Utilisation de 3DPrinterOS

La solution permet de centraliser et de regrouper tous les paramètres et besoins en matière d’impression 3D. La plateforme web offre notamment la possibilité d’importer et de traiter les modèles 3D directement depuis l’interface. Elle utilise les logiciels exploités par les différents slicers proposés par les fabricants d’imprimantes 3D comme Ultimaker, Mass Portal, MakerBot, 3D Systems, Mcor, TierTime… L’idée ? Faciliter au sein d’une même plateforme la configuration des paramètres d’impression des modèles 3D que vous souhaitez lancer.

Une fois la box connectée aux différentes imprimantes 3D, 3DPrinterOS permet de les contrôler à distance et de lancer les modèles paramétrés auparavant. Sans avoir besoin d’être dans la même pièce que l’imprimante et grâce à la caméra fournie avec la box, il est alors possible de surveiller le bon déroulement et l’avancée des impressions.

En vidéo, la présentation de la licence éducation :

Un e-mail vient enfin avertir la fin de l’impression, avec en prime une courte vidéo des dernières secondes d’impression. Autre avantage, la possibilité de créer une file d’attente lorsqu’il est nécessaire de programmer plusieurs impressions à la suite, lors d’un projet par exemple.

La plateforme 3DPrinterOS offre d’autres fonctionnalités afin que les utilisateurs réguliers aient accès à un outil dédié qui optimise la gestion d’un parc machines. Des fonctions avancées sont intégrées nativement au soft permettant par exemple de modifier le nombre de polygones des modèles 3D, l’évidement d’une pièce afin d’alléger sa structure ou la possibilité de graver des inscriptions sur la pièce.

La Easybox est commercialisée au prix de 249€. Pour la licence premium, il faudra compter 169€. Pour les entreprises, fablabs, écoles, et autres structures, la licence éducation permet la gestion en multi-utilisateurs (1 à 15, 16 à 100, 100+, devis sur mesure).

Que pensez-vous de 3DPrinterOS ? Partagez votre opinion en commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos Alex

Consultant en impression 3D, j’ai co-fondé 3Dnatives en 2013 pour promouvoir cette révolution en marche. J’accompagne les entreprises sur les transformations liées à l’impression 3D et j’interviens lors de conférences dédiées au sujet (TEDx, 3D Printshow, 3D Print Lyon, Essec, HEC). Diplômé de l'Université Paris Dauphine et du King's College London en Mathématiques Appliquées vous pouvez me suivre sur twitter @martelalexandre
  • 3dcouvertes

    169€ la licence !! Je préfére un bon petit OctoPi open source et gratuit qui fait plus ou moins la même chose.

  • Si c’est Astro print, c’est inférieur à un Octoprint installé sur un Rapi !